Bertier. Tout Feu.E, tout flamme

L'architecte de Bertier s'appelle Pierre Dungen.

En 2017, on l'avait reçu sur Radio Panik et on avait passé un moment aérien et poétique, quelques semaines avant la sortie d'Ana & Roby, 2 ans après la sortie de "Dandy". Après l'homme et les sirènes (l'eau), suivis du monte-en-l'air et de sa papillonnante Parisienne (l'air), Bertier nous revient avec le troisième élément de son ambitieuse quadrilogie : Feu.E.


Le disque sortira à la rentrée 2020 et sous le label Igloo Circle, qui offre à Bertier une reconnaissance méritée, après une longue pérégrination dans la jungle commerciale des musiques non genrées. Il s'inscrit dans la lignée : un livret de Pierre Dungen narre la passion (brûlante!) de deux amants, qui s'appelleront ici Ena et Lucas. Ensuite, une dizaine de musiciens ont été invités à composer ensemble chaque morceau en 3 heures. Bertier se pense comme un collectif, qui rassemble tous ceux qui acceptent de se jeter dans l'incendie.


Premier événement du genre dans l'humanité moderne, le confinement a engendré des réactions nouvelles et des créations inédites. C'est dans ce monde-là que vient de paraitre le premier titre de Feu.E, "Grands brûlés", le 5 mai 2020, même si l'ouvrage de Pierre, l'ouvrage de Bertier, n'a jamais quitté son métier. La seule donnée imposée par le confinement est le parti pris du clip. Une vidéo qui égrène les visages de feu les poètes inspirants. Ce sont Rimbaud, René Char, Apollinaire, Baudelaire, Artaud, Virginia Woolf, Edgar Allan Poe, Oscar Wilde, ... et bien d'autres.


Des figures qui trônent certainement dans l'atelier chamane de Bertier, où l'on tisse le double fil de l’exigence du verbe et de la beauté mélodique. Dans "Les grands brûlés", la mélodie est chaloupée, les mots sont une dentelle d'étoffe précieuse, et on souque ferme, matelots mélomanes, à la mémoire des grands faiseurs de vers, dont les "flèches enflammées ont cramé la crinoline des méninges". Si l'art est un langage, Bertier n'a pas oublié que le langage est un art. Ce brasier-là est d'une consistance qui réchauffe, mais ne brûle pas : il ne fait qu'enivrer.









À l'affiche
Posts récents
Par tags
Nous suivre
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2023 par Poupée de son(s). Créé avec Wix.com

Crédits photos (arrière-plans) : Lara Herbinia

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean